Marque Bretagne
Facebook Instagram Twitter YouTube

Delaplace - Mourey, entretien croisé

9/04/2016
affiche 2016

Le premier, Anthony Delaplace, a porté le maillot de leader du Tour de Bretagne 2015 avant de céder sur l'étape de Perros-Guirec et de prendre la 4ème place du classement général. Le second, Francis Mourey, découvrira cette année le Tour de Bretagne pour la 1ère fois au cours de sa 13ème saison en tant que professionnel.

Entretien croisé des 2 coureurs de Fortunéo - Vital Concept.


DELAPLACE

Anthony, tout d'abord un mot sur l'affiche de la 50ème édition du Tour de Bretagne. à Ton visage a servi de support à l'élaboration de cette affiche, pas trop difficile à assumer pour un Normand ? (Rires)

AD : Non, car même si je suis un Normand d'origine, depuis l'âge de 18 ans j'ai toujours couru dans des équipes bretonnes. Et surtout j'aime la Bretagne !

 

Sur le Tour de Bretagne 2015, tu as toujours été aux avant-postes. Comment aurais tu pu renverser la situation en ta faveur au classement général ?

AD : Je pense que j'ai perdu le Tour de Bretagne 2015 sur l'étape de Perros-Guirec, en étant tout simplement trop juste physiquement par rapport à mes adversaires du classement général. Sans cette journée "sans", je pense que c'était jouable pour remporter le général.

 

Francis, quant à toi, il s'agit de ta première saison au sein de Fortunéo - Vital Concept. Comment s'est passée ton intégration ?

FM : Cela s'est très bien passé avec les coureurs et le staff. Je connaissais déjà 90% des coureurs ce qui facilite les choses. Mais je ne connaissais pas beaucoup l'encadrement. Ils m'ont tous bien accueilli.

 

Tu as légèrement tronqué ton hiver pour être présent plus tôt sur la route. Malgré cela, tu es champion de France de cyclo-cross au terme d'une bataille épique avec Clément Venturini, et ce pour un 9ème titre historique. Comment as-tu abordé la fin de l'hiver et le début de la saison sur route ?

FM : L hiver a été plus compliqué que d'habitude avec ma fin de contrat avec la FDJ.  J'ai dû retrouver une équipe et je remercie Manu Hubert et l'équipe Fortunéo - Vital Concept de m'avoir accueilli. Après ma chute (ndlr : à l'échauffement des championnats d'Europe de Cyclo-Cross) qui m'a handicapé pendant 1 mois, je voulais apporter ce titre pour l'équipe et ainsi les remercier de m'avoir fait confiance. Ensuite la transition sur la route s'est bien passée. Il faut simplement refaire des heures de selle pour être compétitif dans le final des courses.

Pour la route il faut être capable de rouler vite au bout de 4h de vélo. C'est la grande différence avec le cyclo-cross. Il faut savoir s'économiser 80% de la course avant de tout donner dans le final. Bref, tout le contraire du Cyclo cross !

 
 
MOUREY

Fortunéo - Vital Concept est une équipe particulièrement surveillée et attendue sur le Tour de Bretagne. Comment gérez-vous cette pression au sein de l'équipe ?

AD : C'est sûr que ce n'est pas facile, car nous sommes la seule Continentale Pro, qui plus est Bretonne ! Nous assumons donc nos responsabilités quand il faut rouler derrière les échappés, tout en faisant attention à ne pas surcourir. Il faut aussi savoir rester humble et ne pas sous-estimer nos adversaires, car certains amateurs marchent aussi bien que nous.

FM : On va gérer la course du mieux possible. Il faudra être actifs et ne surtout pas subir la course. Tant personnellement que collectivement, les ambitions sont de gagner. Il faudra faire une belle course et faire honneur à nos partenaires.

 

Dixit Bernard Hinault, vous vous mettez « des peignées » tous les jours sur le Tour de Bretagne. En quoi cela diffère-t-il des autres courses auxquelles vous participez au cours de l'année ?

AD : C'est certain qu'il y a plus de mouvement sur une course comme le Tour de Bretagne que sur certaines courses Pro. Le soir, on est souvent plus fatigués ! La façon de courir est donc différente, avec des attaques toute la journée, et peu d'équipes organisées pour rouler. Au niveau supérieur, c'est beaucoup plus structuré et la course se fait souvent dans le final. Très sincèrement, le Tour de Bretagne est tout aussi bien organisé que des courses de Classe 1 ou HC, que ce soit sur la course ou les hébergements.

FM : En ce qui me concerne, je vais le découvrir pour la 1ère fois, j'ai toujours entendu parler du Tour de Bretagne car les coureurs bretons en parle souvent. Comme le disait Anthony, ils disent tous la même chose : Belle course, course de mouvement !

 
 

Anthony, le Tour de France 2016 avec un départ du Mont Saint Michel aura forcément une saveur particulière pour toi ?

AD : Oui forcément, un Grand Départ du Tour dans la Manche, c'est un rêve pour moi ! De plus il y a une arrivée à Cherbourg, à 10 km de chez mes parents. Maintenant il va falloir décrocher ma sélection !

FM : Le Tour de France est une course qui me fait également envie. Je dois auparavant faire le Tour du Luxembourg, la route du sud et le championnat de France. Et après, on verra, peut-être le Tour de France.

 

Que peut-on souhaiter aux Fortunéo - Vital Concept en 2016 ? Le général sur le Tour de Bretagne et une étape sur le Tour de France ?

AD : Déjà une victoire d'étape sur le Tour de Bretagne, ce serait bien pour nous ! Sinon, je dirais un titre de Champion de France ou une étape du Tour de France, et le bilan serait positif.

FM : Une belle saison avec beaucoup de victoires. On souhaite que l'équipe fasse envie a tous les passionnés de vélo, qu'elle fasse rêver les jeunes cyclistes et qu'elle donne l'envie de faire ce beau sport au plus haut niveau possible !

 

Propos recueillis par Yann Corollou pour tourdebretagne.bzh